Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2020 7 13 /09 /septembre /2020 05:00
Gif emprunté sur le net

Gif emprunté sur le net

Depuis mars 2020 et les mesures mises en place pour lutter contre le maudit virus, il est parfois devenu difficile de trouver des toilettes ouvertes et propres.

Je l'avais déjà remarqué, mais il m'est arrivé il y a peu cette mésaventure.

 

Début septembre, j'avais rendez-vous à Bruges dans la banlieue de Bordeaux, chez mon ophtalmologue, à une cinquantaine de kms de mon domicile. Arrivée un peu en avance, et masquée bien sûr, j'ai demandé où étaient les toilettes. Un charmant opérateur m'a répondu qu'elles étaient fermées depuis le confinement, mais que je pouvais utiliser les toilettes publiques près de la mairie à une centaine de mètres.

 

Après mon rendez-vous médical, j'ai cherché ces toilettes publiques. J'ai eu du mal à les trouver : dans une sorte de colonne, mais elles étaient indisponibles, comme sur le gif ci-dessus.

 

J'ai alors décidé d'aller chez mon ex-mari, qui habite tout près, pour utiliser ses toilettes. Pas de chance, il n'était pas là. 

 

Et mon envie de faire pipi devenait pressante... J'ai tourné en voiture dans le coin pour trouver d'autres toilettes publiques, en vain. 

 

Je suis allée au Centre Leclerc de Bruges, et j'ai demandé à l'accueil s'il y avait des toilettes.

Il y en avait bien  : une cabine était fermée (pourquoi ?) et l'autre portait une affichette "toilette inutilisable".

Tant pis pour l'odeur et la saleté (une horreur !) : j'ai pu enfin soulager ma vessie.

Ouf !

 

Mercredi dernier, au cours d'une balade en famille, avec mon frère et ma soeur, nous avons voulu utiliser des toilettes publiques ; fermées elles aussi !

 

 

Portes des toilettes - Centre commercial de Biganos sur le Bassin d'Arcachon

Portes des toilettes - Centre commercial de Biganos sur le Bassin d'Arcachon

Partager cet article

Repost0
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 05:00

Il y a des bugs sur Overblog (hébergeur de ce blog) depuis le début de l'année.

Si vous n'arrivez pas à déposer un commentaire, vous pouvez aller le faire sur mon second blog, sur Eklablog, en cliquant ICI, ou bien utiliser un autre navigateur (cela fonctionne sur Edge et sur Firefox) :

Mon fils aîné, Julien, est venu passer quelques jours de vacances chez moi, sur le Bassin d'Arcachon avec ses enfants : Alban (5 ans dans 1 mois) et Victoire (2 ans et 4 mois).

 

Ils sont arrivés mardi pour déjeuner et sont repartis vendredi, juste après le déjeuner.

Mardi après-midi, pendant que Victoire faisait la sieste, Alban s'est baigné dans la piscine avec ses brassards. Il adore l'eau et nage la brasse, saute en bombe avec son père, et s'est bien amusé avec les pistolets à eau :

 

Mercredi matin, nous avons été sur la plage du Betey à Andernos. Alban et Victoire se sont amusés sur l'aire de jeux pour enfants, qui offre des toboggans, des balançoires, un petit mur d'escalade, une toile d'araignée. Alban avait mis ses baskets ce qui lui a permis de grimper aux différents jeux. Il était tout fier d'arriver jusqu'en haut.

La plage de sable fin est très belle et parfaitement adaptée pour les enfants, car claire et peu profonde. La marée montait. Il y avait des petits bancs de sable qui ont plu à Victoire, moins à l'aise que son frère.

Après le bain, ils ont joué sur le sable puis se sont douchés sur la plage et nous sommes allés manger dans un restaurant tout proche, en terrasse. C'était bon mais un peu longuet, pour les enfants.

"C'est long, c'est long" disait Victoire qui avait faim...

 

Le jeudi matin, ils sont allés s'amuser aux jeux près de la gare, dans ma commune, pendant que je préparais le repas. 

 

Le vendredi matin, nous devions aller nous baigner près de chez moi, sur la plage de Saint-Brice mais il y avait du vent et de la pluie...

Pendant ces quelques jours, je leur ai lu les livres pour enfants de ma bibliothèque. Ils ont dessiné, joué au foot, caressé Ecureuille, qui se laisse faire avec plaisir.

 

Partager cet article

Repost0
12 août 2020 3 12 /08 /août /2020 05:00

Rediffusion d'un article publié sur ce blog en décembre 2009

 

Ne riez pas...
D'habitude je vous parle plutôt de mes voyages en train ("Un Bordeaux Nice en petit train", "Bataille dans le TGV avec une clé 3G", "Une journée à Paris"). Il faut que je vous raconte mes vols Bordeaux-Lyon et surtout Lyon-Bordeaux en avion, en décembre 2009, à l'occasion de la Fête des Lumières.


Je suis partie avec Easy Jet pour moins de 50 euros aller-retour, à condition de ne pas enregistrer de bagage en soute. J'ai donc pris une valise de cabine aux normes et l'ai bien remplie. Je ne partais que pour 3 nuits et 4 jours mais je pensais avoir froid et avais emporté chaussettes de ski, chaussures de randonnée hautes (genre boots), sous pantalon en polaire, 2 polaires, gros manteau. Donc : petite valise bien remplie.
J'oubliais : mon ordi pour pouvoir continuer à bloguer et mon sac photo + une banane accrochée à la taille pour les papiers.

Au contrôle douanier, j'ai été fouillée au corps, bien que la machine n'ait pas sonné. Il a fallu sortir l'ordinateur et mon sac photo a été dépiauté. J'ai réussi à mettre l'ordi dans la valise et à la boucler quitte à casser la fermeture éclair. La banane à ma taille et le sac photo à mon épaule n'étaient pas pour moi des bagages à main. "Un seul bagage à main par personne. Les sacs à main dans les valises, sinon le bagage supplémentaire sera mis en soute et le service facturé" nous a-t'on dit une fois prêts à embarquer. Pas question de mettre ma valise avec mon ordi ou mon appareil photo en soute. J'ai enfilé mon manteau sur l'appareil photo et je suis passée...
A Mérignac, avant le décollage j'ai souri en entendant l'hôtesse nous expliquer comment gonfler le gilet de sauvetage : entre Bordeaux et Lyon, peu de chances que l'on ait à s'en servir ! J'ai décrit ce que je voyais sur un bout de papier : "le bout de la queue d'un avion bleu dépasse d'un hangar, soigneusement fermé tout autour. Un hangar juste un peu trop petit ! Comment l'ingénieur qui a tout calculé a-t'il pu ainsi se tromper ?". Ce qui est amusant c'est que ça allait avoir un rapport avec mon voyage du retour.
Et puis j'ai assisté à un magnifique lever de soleil : une mer d'or, ondulant sur un lit de nuages.
 


Le vol n'est pas cher mais tout est payant à bord : boissons, sandwichs, même le chauffage ! (là, j'exagère mais il faisait très froid).

Un jeune steward aux cheveux gominés a fait l'article pour la "boutique d'achats en vol", et notamment les parfums : "Nous avons un petit parfum très frais à vous proposer...". Plus coiffeur que steward...

Au retour, le contrôle douanier a été plus sévère : après la fouille au corps (cette fois j'avais sonné en passant sous le portique),c'est ma valise qu'il a fallu ouvrir et dépiauter. Tout était en règle mais dur-dur de tout remettre correctement après pour pourvoir glisser l'ordi...
Juste avant d'embarquer ma valise est tombée emportant un plot destiné à guider les files d'attente. Rien de cassé mais je me suis fait repérée. "Vous n'avez droit qu'à un seul bagage à main. Il faut mettre les autres dans la valise !". Comment ? J'ai fermé mon manteau sur la banane...
Enfin à bord, avec mon précieux matériel...
Quand tout le monde a été installé à sa  place, un technicien  avec un gilet orange que j'avais repéré parce que grand, blond, cheveux un peu longs et un vague sourire. Il me faisait penser à Olivier de Kersauzon jeune. Il s'est dirigé vers le fond de l'appareil avec des papiers accrochés à une plaquette. Il ne revenait pas et rien ne se passait. L'hôtesse a fini par nous dire que l'escalier à la queue de l'appareil était coincé : impossible de le sortir et donc de décoller. Il y avait trop de poids dans l'avion !
Hein ? pas plus d'obèses que ça pourtant ! A moins que ce ne soit ma valise ?
Les personnes sur les 6 derniers rangs ont été invitées à se déplacer vers l'avant pour enlever du poids à l'arrière. Cela a duré environ 10 minutes et ils ont réussi à enlever l'escalier. "Maintenant l'ingénieur doit vérifier que tout va bien et signer des papiers pour que nous puissions décoller...", a annoncé l'hôtesse.
Ouh là là ! J'imagine le tableau si nous avions décollé porte entrouverte et escalier en écharpe derrière l'avion !
L'ingénieur-Olivier de Kersauzon est revenu. Discussions diverses. Il a signé un papier. La porte s'est fermée et nous avons décollé.
L'avion a été long à monter avant de virer. J'ai pensé un moment que nous allions atterrir, d'autant plus que l'hôtesse regardait par le petit hublot situé sur la porte avant... Après coup je me suis dit que c'était peut-être la Fête des Lumières qu'elle regardait... Le spectacle devait être splendide mais j'étais du mauvais côté.

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 05:00

Lorsque Céline et Aurélien, ma belle-fille et mon fils, ont eu la confirmation qu'ils attendaient un 3ème enfant, ils ont appris la bonne nouvelle à leur fille aînée, Alice, 5 ans, en lui demandant expressément de n'en parler à personne.

Quelques semaines plus tard, lorsque Céline a annoncé à tous la bonne nouvelle, elle a demandé à Alice si elle ne l'avait dit à personne. Alice a avoué alors, un peu penaude, qu'elle en avait parlé à quelqu'un : à Olympe, sa meilleure copine. Mais ça s'est arrêté là : la nouvelle ne s'est pas propagée.

 

Plus tard, quand ils ont connu le sexe du futur bébé, Céline et Aurélien, ont choisi le prénom : "Valentine" et ont confié le secret à Alice, en lui demandant cette fois de ne le dire à personne, même pas à Olympe, et surtout pas à la famille ou aux amis.

En attendant ils ont désigné le bébé sous le prénom de "Marguerite", comme 2 ans plus tôt ils avaient appelé "Kiwi" la future Manon.

Alice a parfaitement gardé le secret, et personne n'a connu le vrai prénom avant la naissance. Lorsqu'elle a repris l'école, début juin, elle a beaucoup parlé de Marguerite. Les parents des copains-copines et les institutrices croyaient que la petite dernière allait réellement se prénommer du nom de cette fleur...

 

Alice, en train de travailler pendant le confinement

Alice, en train de travailler pendant le confinement

Partager cet article

Repost0
17 mars 2020 2 17 /03 /mars /2020 06:00

Je ne suis pas la seule à apprécier les agrumes.

Ma chatte, Ecureuille, aime se prélasser au pied de mon grand citronnier, dans le jardin, quand il fait beau. Elle se love autour du tronc, sur le disque de paillage en coco et frotte son nez contre les feuilles du citronnier...

 

Ecureuille, gardienne de mon grand citronnier - Mars 2020
Ecureuille, gardienne de mon grand citronnier - Mars 2020
Ecureuille, gardienne de mon grand citronnier - Mars 2020
Ecureuille, gardienne de mon grand citronnier - Mars 2020
Ecureuille, gardienne de mon grand citronnier - Mars 2020

Partager cet article

Repost0
27 février 2020 4 27 /02 /février /2020 06:30

L'histoire s'est déroulée début février 2020, à Lebannon, dans le Tennessee (Etats-Unis).

 

Louie, le perroquet s'est mis à crier : "Au feu ! Au feu !", alors que ses maîtres, Barbara et Larry, retraités dormaient ainsi que leur petite-fille de 6 ans. Réveillés par l'animal, les trois occupants ont fui à toute vitesse et réussi à échapper aux flammes et à la fumée.

 

L'incendie était très avancé et Larry n'a pas pu retourner chercher le perroquet, ni ses 4 chiens, qui ont péri...

 

 

Photo de perroquet, prise au zoo de La Palmyre (Charente-Maritime) :

Un perroquet sauve ses maîtres d'un incendie...

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2019 4 26 /12 /décembre /2019 08:46

Je vous ai parlé de mon coup de blues avant Noël que j'allais passer sans mes enfants. Mon second fils avait oublié de m'inviter pour le réveillon comme il le fait chaque année et s'est rattrapé au dernier moment (le 23 à 13h50 !). J'y suis allée (340 km aller-retour), surtout pour passer l'après-midi du 24 avec mes petites-filles, Alice (5 ans) et Manon (19 mois).

 

Après la pluie et le vent de ces derniers jours, il y avait du soleil et nous sommes allés nous balader en ville. Les petites ont fait des tours de manège, ensemble dans la même voiture.

Deux soeurs, à Noël...

Alice a attrapé la queue du Mickey et Manon était encore plus contente qu'elle. 

Chaque fois qu'Alice se fait gronder, pour une broutille car elle est adorable, Manon se précipite vers elle pour la consoler et la serre dans ses bras. 

Cela se complique lorsque Manon veut monter sur le même tabouret que sa soeur pour aider à cuisiner, ou sur la table pour regarder ce qui se passe.

La petite crèche au pied du sapin contient presqu'autant de playmobils que de santons.

Le soir, après ;le réveillon, nous avons regardé un film avec Alice : "Klaus", l'histoire d'un facteur et du Père Noël au pays des méchants. Alice, dans les bras de sa maman était contente de pouvoir veiller mais un peu inquiète : "C'est pas en France, maman ?". Heureusement les méchants sont devenus assez vite gentils...

 

Le matin, elles ont déballé leurs cadeaux, nous aussi, et je suis rentrée chez moi, cars ils partaient fêter Noël dans la famille de ma belle-fille.

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2019 1 23 /12 /décembre /2019 06:00

Samedi, la journée a mal commencé.

J'ai reçu un mail, documentation à l'appui, m'invitant à m'inscrire en Sport Etudes, section tennis de table !

J'ai répondu "J'aurais adoré mais j'ai 63 ans. Vous devriez affiner vos ciblages."

Oui, j'ai une licence pour pratiquer ce sport, mais non, je ne suis plus en âge d'entrer au collège.

Cette proposition incongrue m'a fait remonter des souvenirs : mon entrée en 6ème il y a 53 ans, mes premières compétitions en tennis de table : premier pas pongiste, championnat minime...

 

Noël approche, et cette année, je le passerai juste avec mon frère, mes fils passant le jour de Noël dans la famille de leur femme...

 

Et puis vent et pluie, tempête Fabien annoncée pour le début de soirée et nuit. C'est la seconde tempête en quelques semaines. Amélie, la première, a mis à terre de nombreux chênes et pins.

 

Le vent a soufflé très fort toute la nuit, m'empêchant de dormir, ouvrant mon portail pourtant fermé à clé, faisant tomber mon citronnier, envoyant valdinguer le banc en résine de synthèse à l'autre bout du jardin.  

Mon frère m'a appelée vers 8h30, dimanche. Deux grosses branches de l'arbousier de la voisine, qui ne vient plus depuis des années, sont tombées chez lui : l'une dans le jardin et l'autre sur son toit.

Il est venu me chercher pour que je l'aide à dégager les branches. 

 

Coup de vent chasse coup de blues...
Coup de vent chasse coup de blues...

C'était impressionnant mais en moins de deux heures nous avons dégagé le jardin et le toit.

Lui, coupait les grosses branches avec une scie et moi les moins épaisses avec un coupe branche. Il est monté sur le toit pour débiter la grosse branche qui y était tombée. Il me jetait les branchettes  et les morceaux que j'entassais dans un coin, puis il a fait tomber du toit ce qui restait . C'était encore si lourd qu'il a failli tomber avec.

Nous avons eu de la chance : le toit n'a pas été abîmé et nous n'avons pas eu de pluie pendant notre "bûcheronnage". A la fin j'avais même chaud, et j'étais contente que nous ayons réussi à dégager le toit et le jardin...

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2019 4 17 /10 /octobre /2019 05:00

Je vous ai parlé hier du joli village de Saint-Geniez-d'Olt, dans l'Aveyron, et je vous ai montré cette photo prise sur le pont qui relie les deux rives et permet de franchir le Lot.

La légende des Marmots, de Saint-Geniez-d'Olt...

Certains d'entre vous, comme mon amie Cathycat, ont dû remarquer ces statues d'enfants sur le pont.

Il s'agit de l'oeuvre d'Eric Valat, inaugurée en 1999 : ces deux enfants et cette marmotte illustrent la légende des Marmots, liée à ce village (légende découverte sur le site tourisme-aveyron.com).

La légende des Marmots, de Saint-Geniez-d'Olt...

On raconte qu’à la fin du XVe s., vivait à Saint-Geniez un pêcheur dont les deux enfants avaient capturé une marmotte. Par un après-midi orageux, le petit animal s’enfuit, effrayé, vers le "Puech del Rey". Les deux enfants se lancèrent à sa poursuite alors qu’un violent orage éclatait, noyant la vallée sous un vrai déluge. A leur retour, plusieurs maisons avaient été emportées dont la leur, et leur père avait péri noyé. Leur vie avait été épargnée grâce à la fuite du petit animal. Ils furent appelés familièrement les Marmots. Ce nom fut donné, par extension, à tous les habitants. Aujourd'hui encore, les habitants de St Geniez s'appellent officiellement les Marmots et Marmottes.
La statue ,qui trône au milieu du Pont Vieux depuis juin 1999, rappelle cette légende.

 

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2019 2 10 /09 /septembre /2019 05:00

Je vous ai raconté l'histoire de l'Aérium d'Arès, fondé en 1913, par Sophie Wallerstein, pour accueillir des enfants de condition modeste, malades de la tuberculose.

Depuis près de 50 ans (1970) les 2 000 m² de bâtiments sont désaffectés, barricadés et le parc de 5 ha, au bord du Bassin d'Arcachon est clôturé.

A la demande de Monique, une lectrice qui y a séjourné 4 mois en 1955 voici quelques photos actuelles de cet aérium-sanatorium...

Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir...

 

Les portails d'entrée :

L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...

L'aérium vu de la plage :

L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...

Le parc et les bâtiments (pour arrêter le diaporama, ou le faire défiler à votre convenance, cliquez sur les flèches, à droite et à gauche de l'écran) :

L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...
L'Aérium d'Arès, aujourd'hui...

Ajout : Il existe depuis 1988, l’association des 4 A (Association des Amis de l’Aérium d’Arès qui a pour objectif : réhabiliter l’Aérium, le secouer, lui rendre vie. 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de ecureuilbleu
  • : Pour cultiver le bonheur : découvrir, partager, s'émerveiller, rêver, s'amuser...
  • Contact

Profil

  • ecureuilbleu
  • Mère divorcée, 63 ans, 2 fils, 3 petites-filles et 1 petit-fils. J'adore écrire, dessiner, peindre, photographier, lire, aller au cinéma et au théâtre, voyager, jardiner, planter des graines et les regarder pousser
  • Mère divorcée, 63 ans, 2 fils, 3 petites-filles et 1 petit-fils. J'adore écrire, dessiner, peindre, photographier, lire, aller au cinéma et au théâtre, voyager, jardiner, planter des graines et les regarder pousser

Bonjour et bonne visite ! Pas la peine de laisser un pourboire, mais un commentaire serait le bienvenu ! Merci d'avance...

Recherche

Mes autres blogs :

Le même que celui-ci, sous Eklablog : 

http://unebonnenouvelleparjour.eklablog.com/

Mon blog d'origami modulaire : http://origami-modulaire.over-blog.com/

Mon blog de tutoriels : "Merci mes petits doigts"

 

Découvrez les dernières participations au Café Thé :

- Café Thé n° 109 - "Votre ou vos activités de loisir préférée(s)..." en cliquant ICI

- Café Thé n° 110 - "Les coccinelles..." en cliquant ICI

 - Café Thé n° 111 - "Vos meilleures vacances..." en cliquant ICI

- Café Thé n° 112 - "Bouger en vacances..." en cliquant ICI

- Café Thé n° 113 - "Rentrée des classes..." en cliquant ICI

- Café Thé n° 114 - "Les godillots..." en cliquant ICI

- Café Thé n° 115 - "Au pied de mon arbre..." en cliquant ICI

- Café Thé n° 116 - "Voudriez-vous voler comme elle ?" en cliquant ICI

- Café Thé n° 117 - "Votre feuilleton ou série préférés..." en cliquant ICI

- Café Thé n° 118 - "Oeuvre éphémère en yaourt..." en cliquant ICI

- Café Thé n° 119 - "Les signes annonciateurs du printemps..." en cliquant ICI

- Café Thé n° 120 - "A quoi pensent les animaux alors que nous sommes confinés ?" en cliquant ICI

- Café Thé n° 121 - "En mai, fais ce qu'il te plait..." en cliquant ICI

- Café Thé n° 122 - "Vos prochaines vacances..." en cliquant ICI

- Café Thé n° 123 - "La fontaine de Dame Grenouille..." en cliquant ICI pour 1/2 et LA pour 2/2

- Café Thé n° 124 - "Votre autoportrait..." en cliquant ICI pour 1/2 et LA pour 2/2

 

Participez au Café Thé n° 125 - "Un livre qui vous a fait rêver lorsque vous étiez enfant..." en cliquant LA jusqu'au 30 septembre 2020.

 

Pour voir ou revoir de plus anciens jeux Café Thé, cliquez parmi les "Catégories", colonne de droite sur "Caféter".

Sur les petites routes du bonheur...

Catégories

Les livres et moi :

Le livre voyageur n° 1 : "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur"

Vous êtes 25 à avoir reçu le livre voyageur "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" qui a circulé pendant 5 ans, traversé la France de part en part, survolant la Méditerranée, l'Atlantique, une partie du continent Africain et parcouru plus de 36 000 kms !

Pour en savoir plus sur le voyage du livre voyageur, cliquez ICI.

Le livre voyageur n° 2 : "Demain est un autre jour" s'est perdu dès les premiers voyages

Le livre voyageur n° 3 : "Jamais deux sans toi" est déjà allé chez Cathycat, Catiechris, Khanel, Paraty, Mansfield, Durgalola, Erika, Fanfan et Pierrette... Il est chez Manou, et partira ensuite chez Céline, puis chez Françoise......

 

Mon profil sur Babelio.com
 

Badge Lecteur professionnel

Les communautés que je gère

Les trois communautés de blogs que je gère :

- Embellissons nous la vie

- Douceurs et beautés du Sud-Ouest

- Un pont entre nous

Si vous souhaitez augmenter votre audience et échanger avec d'autres blogueurs ayant les mêmes centres d'intérêt que vous, n'hésitez pas à vous inscrire (en cliquant sur la commu auté choisie et suivant les instructons) et à publier dans ces communautés.

Les blogs à seul caractère commercial sont refusés.