Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 08:00

Dans le journal Sud-Ouest du 1er octobre, j'ai lu un article intitulé : "Mais tous les arbres sont remarquables !", pour annoncer le 2ème Congrès national des arbres remarquables, à Bordeaux, du 6 au 8 octobre.

J'ai appris dans cet article que plusieurs arbres de l'agglomération bordelaise allaient recevoir leur label, à Bruges, Cenon, Eysines, Floirac, Gradignan, Le Bouscat et Mérignac.

Je suis allée voir ceux de Mérignac avec Cathycat il y a une dizaine de jours et lundi, j'ai été admirer ceux du parc Treulon à Bruges.

J'ai vécu près de 20 ans dans cette commune de l'agglomération Bordelaise, à 200 mètres de ce parc et j'y ai été très souvent, avec mes fils petits puis très régulièrement.

J'admirais à chaque fois les ginko biloba et les tilleuls, sans avoir jamais vraiment prêté attention au noyer que je prenais pour un acacia ni au catalpa.

Ces deux arbres qui vont être labellisés "arbres remarquables" n'ont pas encore de pancarte explicative mais un périmètre de sécurité a été tracé autour d'eux avec des barrières de bois.

Voici le catalpa au tronc tortueux :

Le catalpa et le noyer noir du parc Treulon à Bruges...
Le catalpa et le noyer noir du parc Treulon à Bruges...
Le catalpa et le noyer noir du parc Treulon à Bruges...
Le catalpa et le noyer noir du parc Treulon à Bruges...
Le catalpa et le noyer noir du parc Treulon à Bruges...
Le catalpa et le noyer noir du parc Treulon à Bruges...

Et le "noyer noir" que je prenais pour un acacia ou un frêne, avant de ramasser à ses pieds de petites balles vert-jaune contenant des noix de couleur noire :

Le catalpa et le noyer noir du parc Treulon à Bruges...
Le catalpa et le noyer noir du parc Treulon à Bruges...
Le catalpa et le noyer noir du parc Treulon à Bruges...
Le catalpa et le noyer noir du parc Treulon à Bruges...

Autres arbres remarquables :

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Admirer
commenter cet article
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 05:00

Dans le journal Sud-Ouest du 1er octobre, j'ai lu un article intitulé : "Mais tous les arbres sont remarquables !", pour annoncer le 2ème Congrès national des arbres remarquables, à Bordeaux, du 6 au 8 octobre.

J'ai appris dans cet article que plusieurs arbres de l'agglomération bordelaise allaient recevoir leur label, à Bruges, Cenon, Eysines, Floirac, Gradignan, Le Bouscat et Mérignac.

Mon amie Cathycat du blog "La new cathzette" connait très bien le parc de Bourran à Mérignac. Aussi, vendredi 6 octobre, avant d'aller visiter le salon "Lire en poche", nous sommes allées nous balader au parc de Bourran pour voir les 8 cyprès chauves, le cèdre de l'Atlas et le calocèdre qui vont être labellisés "arbres remarquables".

 

C'est après avoir découvert par hasard, en 2012, le chataignier de l'Eraudière dans la banlieue de Nantes, labellisé "arbre remarquable" que j'ai commencé à m'intéresser e à ces arbres remarquables.

J'ai trouvé la liste des arbres remarquables en Gironde et je suis allée en admirer quelques uns.

Il y a la glycine  qui ornait le bâtiment abritant les Archives municipales, à Bordeaux. Les Archives ont déménagé ailleurs emportant une bouture de la magnifique glycine. 

J'ai aussi vu le platane sur la place de l'Eglise du Porge.

J'ai cherché longtemps les deux arbres remarquables du Jardin Public à Bordeaux. C'est un gardien qui a fini par me les indiquer : le cyprès du Mexique et le pacanier...

J'ai fini par trouver l'an dernier le peuplier noir du square Chante-grillon, et les arbres de judée de l'hôpital Charles Perrens.

 

 

J'aime beaucoup les arbres, et en particulier les cyprès chauves (taxodium distichum).

Je vous ai déjà parlé de cet arbre qui émet des racines aériennes : les pneumatophores lui permettant de respirer quand ses aiguilles sont tombées ("Cyprès chauves et pneumatophores") et qui se plait en milieu humide. 

C'est un arbre magnifique au feuillage en forme de plumetis qui pousse le long des rivières, des lacs ou des étangs, et offre à l'automne de magnifiques couleurs orangées. Il est originaire de Louisiane.

 

Vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus...

 

Il y a de beaux spécimens dans les parcs que je fréquente : Jardin Public à Bordeaux, parc de Majolan à Blanquefort, parc de Bourran à Mérignac, et une belle forêt à Soustons dans les Landes.

 

Je connaissais de nombreux et magnifiques spécimens de cyprès chauves dans le parc de Bourran :

Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...
Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...
Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...
Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...
Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...
Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...

Cathycat m'a photographiée à côté d'un de ses arbres pour vous donner une idée de sa taille :

 

Elle m'a aussi montré une clairière un peu à l'écart avec les 8 cyprès chauves qui vont être labellisés "arbres remarquables".

7 sont alignés, au bord de l'eau et le 8ème un peu à l'écart, près d'une sorte de tour qu'il dépasse allégrement.

J'ai pensé à Blanche Neige et aux 7 nains en admirant ces arbres majestueux.

Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...
Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...
Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...
Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...
Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...
Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...
Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...
Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...
Les 8 cyprès chauves du Parc de Bourran à Mérignac...

Je vous montrerai une autre fois les pneumatophores caractéristiques de ces arbres, aux formes étranges...

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Admirer
commenter cet article
26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 08:10

Alors que je déambulais dans la Basilique Sainte-Anne-De-Beaupré, photographiant quelques uns de ses trésors un canadien s'est avancé vers moi et m'a invitée à aller visiter une merveilleuse chapelle, encore plus belle selon lui.

Quand j'ai eu fini mon tour dans la Basilique j'ai suivi ses conseils et suis allée admirer cette chapelle qui se situe à un niveau inférieur.

La Chapelle de l'Immaculée Conception est dédiée à Marie, fille de Sainte-Anne et mère de Jésus.

D’une architecture typiquement romane, la chapelle est ornée de peintures réalisées d’une part par Frédéric Doyon, par Marius Dubois et d’autre part par Pierre Lussier.

En guise de chapiteaux pour les colonnettes, on peut admirer 176 petites mosaïques représentant des oiseaux, des fleurs, des papillons, de toutes petites choses, mais combien jolies, et qui rendent encore une fois présente toute la nature, création d’un Dieu bien généreux qui nous manifeste son amour à travers toutes ces beautés.

Source : sitedu sanctuaire Sainte-Anne

La chapelle de l'Immaculée Conception - Basilique Sainte-Anne-de-Beaupré Québec...
La chapelle de l'Immaculée Conception - Basilique Sainte-Anne-de-Beaupré Québec...
La chapelle de l'Immaculée Conception - Basilique Sainte-Anne-de-Beaupré Québec...
La chapelle de l'Immaculée Conception - Basilique Sainte-Anne-de-Beaupré Québec...
La chapelle de l'Immaculée Conception - Basilique Sainte-Anne-de-Beaupré Québec...
La chapelle de l'Immaculée Conception - Basilique Sainte-Anne-de-Beaupré Québec...

Les fresques photographiées sont du peintre Canadien Marius Dubois et l'on y retrouve Sainte Kateri Tekakwitha, première sainte indienne du continent Nord-Américain.

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Admirer
commenter cet article
25 septembre 2017 1 25 /09 /septembre /2017 05:00
Ibrahima Tounkara a construit seul un micro-barrage pour électrifier son village...

Ibrahima Tounkara est un jeune Guinéen, professeur de mathématiques, avec une formation d'ingénieur.

Il a décidé de construire un barrage hydroélectrique sans savoir comment s'y prendre.

Il a d'abord acheté avec ses économies un smartphone et consulté pendant 5 mois tous les sites internet utiles. Des panneaux solaires lui ont permis de recharger le portable.

Fin 2016 il a commencé la construction d'un micro-barrage sur un petit torrent, proche de Bolodou, localité où il est né.

Il a fabriqué une petite turbine reliée par une poulie à une dynamo qui transforme l'énergie mécanique en électricité. Il a ensuite construit, aidé d'un maçon, un petit barrage qui canalise l'eau du torrent et la conduit vers cette turbine.

Il a dépensé 5000 euros pour réaliser son projet.

Depuis mai 2017, l'installation fournit une puissance de 9 km/h et alimente le village en électricité, 90 foyers qui jusque-là n'y avaient pas accès..

Chaque foyer paie 19 ct par semaine, destinés à rémunérer un jeune en charge de l'entretien du barrage.

Ibrahima Tounkara mesure déjà les limites de son système : conduites d'eau à colmater car pas suffisamment résistantes.

Un soutien de l'Etat et de mécènes devrait lui permettre de consolider le micro-barrage et d'augmenter sa puissance pour fournir d'autres villages.

Sources : https://positivr.fr/ibrahima-tounkara-barrage-guinee-electricite/

http://geopolis.francetvinfo.fr/guinee-tout-seul-ibrahima-tounkara-prof-de-maths-a-electrifie-son-village-156527

 

Voici encore une Belle Personne, comme les planteurs de forêt en Inde : Kareem et Payeng et Yacouba Sawadogo qui a fait reculer le désert avec ses zaï

Chapeau bas Monsieur Tounkara !

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Admirer
commenter cet article
9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 08:00

Il y a quelques semaines je vous ai parlé de deux Indiens qui ont créé des forêts à eux seuls : Kareem et Payeng.

Je viens de découvrir sur un blog un autre homme valeureux : Yacouba Sawadogo, 80 ans, surnommé par les médias : "l'homme qui a fait reculer le désert"

Dans son village de Gourga au Burkina Faso, Yacouba Sawadogo est tout d’abord passé pour un fou. A la fin des années 60, Il était commerçant et vendait des pièces détachées.

Après une année de famine, Il a tout laissé tomber pour étudier la terre en sillonnant son village à 184 km de Ouagadougou, la capitale.

Il a amélioré une technique de culture traditionnelle. En saison sèche, il a creusé des trous puis les a remplis de graines et de fumier et de déchets organiques pour servir de compost : les "zaï".

Son idée ? Retenir au maximum le peu d’eau qui tomberait à la saison suivante.

Des termites ont en effet investi les trous de Yacouba Sawadogo et, à partir de là, ont construit un vaste réseau de galeries reliées les unes aux autres par de longs tunnels.

Du coup, lorsque la pluie s’est mise à tomber, l’eau s’est retrouvée piégée durablement par tous ces souterrains et a pu nourrir la terre et les plantes comme jamais elle ne l’avait encore fait par le passé. Yacouba Sawadogo a alors commencé à planter des arbres, ces arbres ont attiré des oiseaux et ces oiseaux, de par leurs déplacements, ont apporté de nouvelles graines et permis la naissance de nouveaux arbres dont les systèmes racinaires ont eux aussi permis de retenir l’eau et d’en faire profiter une terre désormais humide et ombragée.

Une sorte de cercle naturel et vertueux qui, en quarante ans, a fini par faire émerger une véritable forêt, par multiplier les rendements agricoles et par faire remonter la nappe phréatique. Les habitants qui avaient fui sont revenus cultiver leurs champs et la forêt s'étend sur une quinzaine d'hectares servant de rempart au sable rampant du Sahel

Hélas, la forêt de Gourga serait maintenant menacée par la création d'un lotissement...

Sources : Articles du site positivr.fr,  du figaro.fr, tempsreel.nouvelobs.com

.

Chapeau bas, Monsieur Yacouba !

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Admirer
commenter cet article
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 05:00

Lundi après-midi j'ai profité de ma venue au Cap-Ferret, pour me balader le long de la plage.

Je suis d'abord allée à La Conche, au bout du quartier ostréicole.

La marée était haute, et la dune du Pyla, au loin, était couronnée de nuages.

Balade au Cap-Ferret en septembre 2017...
Balade au Cap-Ferret en septembre 2017...
Balade au Cap-Ferret en septembre 2017...

Ensuite, je me suis rapprochée du quartier de Bélisaire où j'avais rendez-vous pour l'apéritif littéraire.

Je me suis arrêtée sur la place en face de l'église. La vue sur le Bassin d'Arcachon et la dune du Pyla y est très belle, surtout à travers les branches de l'immense pin parasol que je vous ai souvent montré.

Balade au Cap-Ferret en septembre 2017...
Balade au Cap-Ferret en septembre 2017...
Balade au Cap-Ferret en septembre 2017...
Balade au Cap-Ferret en septembre 2017...

J'ai remarqué 2 jolies pinasses, bateaux typiques du Bassin d'Arcachon : l'une verte et l'autre bleue :

Balade au Cap-Ferret en septembre 2017...
Balade au Cap-Ferret en septembre 2017...
Balade au Cap-Ferret en septembre 2017...
Balade au Cap-Ferret en septembre 2017...
Balade au Cap-Ferret en septembre 2017...
Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Admirer
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 05:00

Le vendredi soir, après avoir dîné à la Fête aux huîtres d'Arès, je me suis émerveillée devant un magnifique ciel pommelé. La marée était haute, le soleil commençait à descendre :

Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...
Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...
Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...
Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...
Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...

Le lendemain soir je suis retournée au même endroit espérant pouvoir photographier les reflets des attractions foraines dans la mer. Mais je n'avais pas réfléchi que la marée ne serait haute qu'une heure plus tard...

 

Alors j'ai photographié le ciel (ci-dessus) et le coucher de soleil qui était encore plus beau que la veille :

Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...
Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...
Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...
Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...
Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...
Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...
Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...
Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...
Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...
Couchers de soleil sur le Bassin d'Arcachon - août 2017...
Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Admirer
commenter cet article
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 05:00

Je vous ai raconté hier l'histoire d'Abdul Kareem, 69 ans, militant écologiste indien, qui, depuis 40 ans, plante des arbres sur un terrain à l'origine sec et aride de l'Etat du Kerala, à la pointe sud de l'Inde.

Au nord est de l'Inde près de l'île de Majuli,Jadav Payeng, un autre indien plante lui-aussi sa forêt depuis 38 ans, sur un banc de sable de 550 hectares situé au milieu du fleuve Brahmapoutre.

Tout a commencé pour lui en 1979 après des crues qui avaient rejeté de nombreux serpents sur le banc de sable. Après le retrait des eaux, Payeng alors âgé de 16 ans a trouvé de nombreux reptiles morts sur ce banc de sable.

Payeng explique : “Les serpents étaient morts de chaleur, il n’y avait pas d’arbres pour les protéger. Je me suis assis et j’ai pleuré sur leurs corps sans vie. C’était un carnage. J’ai alerté le ministère des Forêts et leur ai demandé s’ils pouvaient planter des arbres. Ils m’ont répondu que rien ne pousserait ici et m’ont dit d’essayer de planter des bambous. C’était dur mais je l’ai fait. Il n’y avait personne pour m’aider”.

Il s'est alors installé sur l'île et a planté des bambous qu'il arrosait matin et soir. Au bout de quelques années il a obtenu un bois de bambou. Il a alors ramassé d'autres arbres et les a plantés. Il a aussi apporté des fourmis rouges de son village qui selon lui " changent les propriétés du sol ". 

Des fleurs et des animaux sont arrivés peu à peu, des oiseaux migrateurs et des vautours, des tigres et des rhinocéros.

Jadav Payeng a été surnommé "Forest man".

En 2008 une centaine d'éléphants sauvages se sont réfugiés sur son île après avoir détruit des villages voisins et la cabane où il vivait.

Le ministère des Forêts de l'Assam l'a rencontré et a enfin décidé de l'aider.

 

Source : http://www.courrierinternational.com/article/2012/05/22/inde-l-homme-qui-a-plante-une-foret-de-ses-mains

 

 

Chapeau bas aussi à Payeng "Forest Man" pour son action depuis près de 40 ans en faveur des arbres et des animaux !

J'aimerais aussi visiter sa forêt...

 

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Admirer
commenter cet article
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 05:00

Je vous ai raconté il y a quelques jours la belle histoire de Justo le bâtisseur de cathédrale.

Dans son commentaire, Plume vive du blog "Carnet de bord littéraire" m'a laissé ce commentaire :"C'est super comme initiative, et montre bien que les rêves peuvent se réaliser quand on se donne les moyens. Il y a peu j'ai lu un article sur un indien qui plante un arbre par jour ( depuis une quarantaine d'années je crois) cela m'a énormément impressionné !!! "

 

Vous savez que j'adore les arbres, petits et grands. J'ai donc cherché des informations sur un indien planteur d'arbres et j'ai trouvé non pas une, mais deux belles histoires. Voici d'abord celle de Kareem.

Depuis 40 ans, Abdul Kareem, 69 ans, militant écologiste indien, plante des arbres sur un terrain à l'origine sec et aride de l'Etat du Kerala, à la pointe sud de l'Inde.

En 1977 il a acheté un terrain de 5 ha (pour l'équivalent de 55 €) dans sa région natale pour y planter une forêt.

 

Il raconte : "J ’ai planté une centaine d’arbustes, dont les plants m’avaient été donnés par l’administration régionale en charge des forêts et je les ai arrosés sans relâche chaque jour. J’allais chercher l’eau dans les villages alentours et je la transportais sur mon vélo. 

Les gens se moquaient de moi et me prenaient pour un fou. Car pendant les deux premières années, aucun arbre n’a pris racine. Mais la troisième année fut la bonne : j’ai décidé de planter des arbustes un peu plus mûrs, certains ont survécu et ont commencé à grandir. Il fallait juste être patient ! Comme la forêt commençait à prendre forme, j’ai acheté 27 hectares de plus en 1982. Ma forêt s’étend aujourd’hui sur 32 hectares. 
"

Son but est de prouver qu’avec de la détermination, la nature peut se régénérer.

 

La forêt de Kareem comporte plus de 800 espèces végétales, 300 plantes médicinales, des milliers d'arbres, des oiseaux et des  insectes par centaines.

Il n'avait aucune connaissance spécifique, simplement une attirance pour les arbres, synonymes pour lui d'apaisement et de tranquillité. Il n'a jamais utilisé ni fumier ni pesticide.

Il raconte : "Ce dont je suis fier, c’est qu’à force de creuser des trous d’eau à travers la forêt, j’ai réussi à attirer des oiseaux de différentes espèces. Différentes plantes ont poussé, différentes variétés d’insectes voltigent tout autour.

Au fur et à mesure des années j’ai constaté que la forêt avait des effets bénéfiques sur la région alentour, notamment parce qu’elle produit de l’eau. L’herbe qui a poussé absorbe l’eau des pluies, irrigue les sols. Quand je suis arrivé ici, il y avait sur mon terrain un puits qui fournissait peut-être 500 litres d’eau par an. Aujourd’hui, même aux moments les plus chauds de l’été, il donne 100 000 litres d’eau, et lors de la mousson, il déborde. Il permet de fournir des familles entières, alors que les puits des villages ne sont désormais plus à sec en été grâce à l’irrigation du sol. Il y a par ailleurs un vrai microclimat dans ma forêt : quand les températures en été frôlent les 40 degrés dans le Kerala, dans ma forêt, elles sont stables toute l’année, entre 20 et 30 degrés.
"

Source : http://observers.france24.com/fr/20150728-foret-kareem-inde-kerala-homme-fait-pousser

 

Chapeau bas Monsieur Kareem pour votre ténacité et votre oeuvre en faveur de la planète !!

J'aimerais beaucoup visiter votre forêt à Kerala...

 

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Admirer
commenter cet article
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 05:00

En 11 ans, le miroir d'eau est devenu une des attractions touristiques de Bordeaux, surtout l'été.

Je vous l'ai souvent montré mais je ne m'en lasse pas.

Il passe par 3 phases qui se succèdent, le cycle total durant 20 minutes.

Dans une 1ère phase, l'eau est un peu agitée, comme à marée haute (il n'y a toutefois que 2 cm de profondeur ):

Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...
Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...
Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...
Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...
Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...

Dans une seconde phase l'eau se retire légèrement. Elle devient un miroir qui reflète les bâtiments de la Place de la Bourse, et les gens qui s'amusent dessus.

C'est la marée basse...

Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...
Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...
Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...
Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...
Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...
Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...
Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...

La 3ème phase, la plus attendue par les enfants et les photographes est l'effet brouillard, généré par 900 injecteurs qui envoient chacun un filet de brume :

Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...
Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...
Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...
Les trois phases du miroir d'eau à Bordeaux...
Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Admirer
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ecureuilbleu
  • Le blog de ecureuilbleu
  • : Pour cultiver le bonheur : découvrir, partager, s'émerveiller, rêver, s'amuser...
  • Contact

Profil

  • ecureuilbleu
  • Mère divorcée, 59 ans, 2 fils, 1 petite-fille et 1 petit-fils. J'adore écrire, dessiner, peindre, photographier, lire, aller au cinéma et au théâtre, voyager, jardiner, planter des graines et les regarder pousser
  • Mère divorcée, 59 ans, 2 fils, 1 petite-fille et 1 petit-fils. J'adore écrire, dessiner, peindre, photographier, lire, aller au cinéma et au théâtre, voyager, jardiner, planter des graines et les regarder pousser

Bonjour et bonne visite ! Pas la peine de laisser un pourboire, mais un commentaire serait le bienvenu ! Merci d'avance...

Recherche

Mes autres blogs :

Le même que celui-ci, sous Eklablog : 

http://unebonnenouvelleparjour.eklablog.com/

Mon blog d'origami modulaire : http://origami-modulaire.over-blog.com/

 

Logo Café-Thé

Votez pour déterminer le gagnant du jeu Café Thé n° 89 - "Rentrée scolaire..." en cliquant ICI jusqu'au 31 octobre 2017.

Participez au jeu Café Thé n° 90 - "Amerrissage immédiat..." en cliquant LA jusqu'au 31 octobre 2017.

Pour voir ou revoir d'anciens jeux Café Thé, cliquez parmi les "Catégories", colonne de droite sur "Caféter".

Sur les petites routes du bonheur...

Catégories

Les livres et moi :

Le livre voyageur n° 1 : "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur"

Vous êtes 25 à avoir reçu le livre voyageur "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" qui a circulé pendant 5 ans, traversé la France de part en part, survolant la Méditerranée, l'Atlantique, une partie du continent Africain et parcouru plus de 36 000 kms !

Pour en savoir plus sur le voyage du livre voyageur, cliquez ICI.

Le livre voyageur n° 2 : "Demain est un autre jour" s'est perdu dès les premiers voyages

Le livre voyageur n° 3 : "Jamais deux sans toi" est déjà allé chez Cathycat, Catiechris, Khanel, Paraty et se trouve chez Mansfield. Il devrait partir ensuite chez Durgalola, puis Erika, Fanfan, Gisèle et Pierrette...

 

Mon profil sur Babelio.com

Les communautés que je gère

Les trois communautés de blogs que je gère :

- Embellissons nous la vie

- Douceurs et beautés du Sud-Ouest

- Un pont entre nous

Si vous souhaitez augmenter votre audience et échanger avec d'autres blogueurs ayant les mêmes centres d'intérêt que vous, n'hésitez pas à vous inscrire (en cliquant sur la commu auté choisie et suivant les instructons) et à publier dans ces communautés.

Les blogs à seul caractère commercial sont refusés.