Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 05:00

Ce livre m'a été offert pour l'achat de deux livres dans la collection Points. Il fallait choisir le livre gratuit parmi 4 ou 5 titres et j'ai pris celui-ci pour découvrir l'auteur.

 

Informations pratiques : paru en 2009 aux Editions Grasset et Fasquelle, et en livre de poche dans la collection Points en 2017. 221 pages

 

La 4ème de couverture :

Tout avait si bien commencé. Insouciants et heureux, Voltaire, sa femme et son fils se préparent à une journée de farniente sous le soleil ardent. Mais un feu dévastateur embrase l'arrière-pays : la panique générale les accule vers la plage... Face à une mort qui semble inéluctable surgissent les souvenirs, ridicules et sublimes, de toute une vie. Un miracle peut-il encore advenir ?

 

Mon ressenti :

La couverture ne me semble pas très appropriée au roman : une pin-up blonde et un jeune homme s'amusant dans l'eau. Seules les flammes en arrière-plan sont présentes tout au long du roman.

Voltaire, sa femme : Oum et leur fils Géo sont en vacances en Italie. C'est leur deuxième jour. Ils vont déjeuner au village avant de partir à la plage, mais la route est coupée par le feu. Ils rebroussent chemin et se réfugient sur la plage, comme des centaines d'autres personnes. Mais le feu avance vite, poussé par le vent. Ils vont devoir faire des choix, aller jusqu'au bout d'eux-mêmes, se soutenir pour essayer de s'en sortir. Tout en avançant, Voltaire évoque des souvenirs, toujours avec humour.

J'ai aimé la montée en puissance du feu, la peur qui les étreint tous, l'humour de l'auteur qui utilise beaucoup les parenthèses pour des apartés plein d'humour.

 

Quelques extraits :

- "Les deux premiers jours, tout s'est bien passé. Le troisième, non".

- "Certains esprits impulsifs, laissés trop longtemps sous l'éteignoir d'un bob Heineken, réagissent de manière imprévue face à une menace subite. Un déclic et c'est le choc mental. Pensait-il réellement qu'il allait pouvoir lutter seul, crânement campé sur ses jambes maigrelettes, contre une montagne de flammes".

 

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Lire
commenter cet article
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 05:00

J'ai acheté ce livre car j'avais beaucoup aimé "Le liseur du 6h27" du même auteur.

Informations pratiques : Paru en 2016 aux éditions Au diable vauvert et en août 2017 dans la collection Folio. 251 pages

 

La 4ème de couverture :

«Ghislaine de Montfaucon était la reine des tricheuses. Devenue maîtresse dans l’art de créer des mots, elle inventait elle-même les définitions qui finissaient par devenir réelles à ses propres yeux, et à ses propres yeux seulement. Un grijak? Mais si voyons, un grijak est un ours primaire à la fourrure très drue qui fréquentait le nord du continent américain à l’ère glaciaire.» 

Mon premier maquille les gens de jour comme de nuit jusqu’au paradis et s’appelle Ambroise. Mon deuxième est la malicieuse Beth, grand-mère du premier. Mon troisième est une jolie auxiliaire de vie prénommée Manelle, dont mon quatrième, le vieux Samuel, est le patient favori (mais ne le dites surtout pas à Ghislaine, elle risquerait de se fâcher). Mon tout est une histoire d’amour, un hymne à la vie.

 

Mon ressenti :

Nous découvrons d'abord le quotidien de Manelle, auxiliaire de vie, puis celle d'Ambroise, thanatopracteur qui prépare les morts pour leur dernier voyage, les lavant, habillant, embaumant selon les volontés de leurs héritiers, toujours avec respect.

Ambroise est le fils d'Henri, prix nobel de médecine. Il vit seul avec Beth sa grand-mère, toujours en train de lui préparer gâteaux et petits plats.

Il y a aussi Samuel, adorable octogénaire, gravement malade, qui va tous les réunir.

J'ai bien aimé l'humour et l'humanité de l'auteur, même si j'ai préféré "Le liseur du 6h27".

La mort et la vieillesse, le choix d'abréger sa vie, les erreurs médicales sont abordées sans tabou par l'auteur.

Un des clients de Manelle, Marcel Mauvinier vieillard tordu qui essaie de prendre son auxiliaire de vie en train de le voler, m'a rappelé Gérard de "Scènes de ménages".

Bref j'ai beaucoup ri, malgré les sujets traités.

C'est un livre qui fait du bien.

 

Quelques extraits :

- "L'homme avait une tête de bon vivant. Il allait falloir être sur ses gardes. Pour l'avoir constaté à maintes reprises, les bons vivants faisaient souvent de mauvais morts"

-  "Une bibliothèque sans livres, c'est moche comme une bouche sans dents".

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Lire
commenter cet article
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 05:00

Vendredi 6 octobre, j'ai passé la journée avec mon amie Cathycat du blog "La new cathzette".

Nous avions programmé : une balade au parc de Bourran (Mérignac) pour voir les 8 cyprès chauves, le cèdre de l'Atlas et le calocèdre qui vont être labellisés "arbres remarquables", puis de nous diriger vers Gradignan, autre ville de la banlieue Bordelaise pour admirer ses arbres remarquables et visiter le Salon "Lire en poche", salon des livres de poche.

Après la balade au parc de Bourran,le matin, nous avons déjeuné, au centre ville de Gradignan, le salon n'ouvrant qu'à 14h. 

Puis nous nous sommes garées au parking de la mairie et nous avons marché jusqu'au parc de Mandevit où a lieu ce salon littéraire depuis 13 ans.

C'était une première pour toutes les deux.

Nous avons déambulé entre les différents stands : Folio, Points, J'ai lu, Livre de poche... J'avais décidé de n'acheter aucun livre, ma bibliothèque étant déjà trop pleine...

Sur le stand des éditions Magellan, que nous ne connaissions pas, j'ai commencé à feuilleter des livres pour enfants, et j'ai craqué pour trois livres, pour mes petits-enfants :

- "Le voyage des éléphants" d'Emmanuelle Halgand : la petite Sylla n'est pas ravie d'être une éléphante et envie les autres animaux de la forêt...

 

- "Le tour du monde d'une belette" de Marie Randier : un conte sur la tolérance et la découverte de l'autre, avec pour héros une belette et un petit poulpe, illustré par de délicates aquarelles

 

- "A poils à plumes et en costumes" de Sarah Lembo - Fleur de piment et Caroline de Charon-Guet : un singulier voyage initiatique en histoires, pour Alice et Alban, quand ils seront plus grands.  

 

Mais j'ai aussi acheté 5 livres de poche pour moi :

  • "Les vitamines du bonheur" de Raymond CARVER
  • "L'enfant qui mesurait le monde" de Metin ARDITI
  • "Noir dehors" de Valérie TONG CUONG
  • "Repose toi sur moi" de Serge JONCOUR
  • "L'exception" de Audur Ava OLAFSDOTTIR

Et j'ai eu droit à un livre gratuit dans la collection "J'ai lu" :

"La vie commence à 20h10" de Thomas RAPHAEL

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Lire
commenter cet article
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 05:00

J'ai gagné ce roman à un tirage au sort organisé par Corinne du blog : "The flying Bookmark" il y a quelques semaines.

 

Informations pratiques : paru en 2014 aux Editions Jean-Claude Lattès. 311 pages

La 4ème de couverture :

Pardonnable, impardonnable Milo, 12 ans, est dans le coma après une chute à vélo sur une route de campagne. Tandis que l'enfant se bat pour sa vie, c'est toute sa famille qui vole en éclats. Dans ce ballet des aveux où défilent ses parents, son indéchiffrable grand-mère et sa jeune tante Marguerite, se dessinent peu à peu les mensonges, les rapports de force et les petits arrangements qui cimentent cette famille. L'amour suffit-il pour tout reconstruire ?

Un roman vibrant qui explore avec justesse nos cheminements vers le pardon.

« Un livre sur la rédemption, véritable page-turner. Une déclinaison subtile des secrets de famille. » Elle

« Un roman extraordinairement écrit. À lire. » Gérard Collard - Librairie La Griffe Noire

 

Mon ressenti :

Milo est un enfant de 12 ans adoré par ses parents, Céleste et Lino, sa grand-mère Jeanne et surtout sa tante Marguerite (28 ans), avec qui il a noué une relation particulière. Un accident stupide de vélo en faisant la course avec sa tante le plonge dans le coma. La famille qui semblait unie va se fissurer au fur et à mesure de l'émergence de secrets.

Le roman est divisé en 5 parties : le temps de la colère, de la haine, de la vengeance, de l'amertume et du pardon. A l'intérieur de chaque partie, les 4 personnages principaux : Céleste, Lino, Jeanne et Marguerite nous livrent leurs pensées et leurs secrets.

J'ai tout de suite aimé les personnages de Milo, l'enfant, et de Marguerite, enfant mal aimée engluée dans ses mensonges, le docteur Gustavo Socratès qui suit Milo... 

C'est bien écrit et émouvant. Chaque mot est soigneusement choisi. Chaque personnage est finement ciselé. Les sentiments humains sont délicatement peints : amour, haine, colère, révolte, culpabilité...

J'ai pleuré à plusieurs passages, et parsemé le livre de petits papillons de papier pour retrouver les phrases qui m'ont touchée.

 

Quelques extraits :

- "Quand perd-on la capacité à être joyeux ? A quel âge enterre-t-on l'enfant que nous fûmes ? Pourquoi commet-on cette erreur stupide ?"

- "Ils étaient si proches. Sais-tu qu'ils se donnaient rendez-vous dans leurs rêves ? Ils mettaient au point un décor, une clairière, la place d'un village, un wagon de métro, ils décidaient d'une heure à laquelle s'endormir et s'y rejoindre. Combien de fois ai-je trouvé Milo, le matin, heureux comme un pape, racontant qu'ils avaient réussi !"

- "Ton suicide a décuplé mon obsession de m'en sortir. J'ai décidé que je ne serais l'esclave de personne, que je ne connaîtrais jamais l'humiliation : à dix ans, comment aurais-je pu savoir qu'il y a toujours quelqu'un assis plus haut que vous pour vous regarder avec dédain ?

Comment aurais-je pu savoir que la seule façon d'y échapper n'est pas de continuer à grimper, mais de se moquer de ce regard-là ?"

- "Lorsqu'il me disait que j'étais un soleil, alors que c'était lui qui éclairait ma vie.

Lorsque son doigt traçait le contour de la croix sur ma joue et qu'il murmurait, ils se trompent tous, ce n'est pas une croix, c'est le signe plus, parce que tu es plus que tout.

La vérité c'est que je suis moins que rien, mais je veux qu'il sache qu'avec lui, je n'ai jamais triché."

 

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Lire
commenter cet article
29 septembre 2017 5 29 /09 /septembre /2017 05:00

J'ai décidé en fin d'année dernière de ne plus acheter de roman, ma bibliothèque débordant, mais je craque de temps en temps quand je ne trouve pas à la médiathèque un roman que j'ai très envie de lire.

C'est le cas avec les romans de Jojo Moyes, publiés aux éditions Milady.

 

Informations pratiques : paru en France en janvier 2017. 559 pages

 

L'auteur : Jojo Moyes est romancière et journaliste. Elle vit en Angleterre dans l'Essex. Elle a déjà publié : "Avant toi", "Après toi", "Jamais deux sans toi", "La dernière lettre de son amant"...

 

La 4ème de couverture :

Toutes les maisons de famille ont une histoire…Isabel n’a pas le temps de s’apitoyer sur son sort quand elle perd son mari : Laurent lui laisse une montagne de dettes, et les créanciers sont à ses trousses. Cette violoniste talentueuse doit radicalement changer de vie pour assurer l’avenir de ses deux enfants. Elle quitte Londres pour s’installer à la campagne, dans une maison délabrée. Tandis que les murs s’effritent et que ses économies fondent comme neige au soleil, Isabel espère pouvoir compter sur le soutien de ses voisins. Elle est loin de se douter que sa présence réveille de vieilles querelles, et que la bicoque dont elle a hérité est un objet de discorde au village. Faire de cette maison le « home sweet home » dont elle rêve s’annonce dès lors comme un combat de chaque instant…

 

Mon ressenti :

Pour une fois avec les romans de Jojo Moyes, j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. Je n'ai pas vraiment apprécié au départ le personnage d'Isabel, l'héroïne principale, violoniste hors du monde. Heureusement elle s'est humanisée au fil des épreuves.

Ce roman retrace l'histoire d'une maison étrange, de style espagnol, complètement délabrée, mais au bord d'un superbe lac. Habitée au départ par un vieux grincheux, elle est convoitée par un couple de voisins, Matt et Laura Mac Carthy.

A la mort du vieux râleur, c'est Isabel, une lointaine nièce, veuve depuis peu qui en hérite. Elle s'installe dans la bicoque délabrée avec ses deux enfants, Kitty et Thierry. Matt lui propose son aide pour remettre en état la maison...

Comme toujours, chez Jojo Moyes, les personnages sont bien campés et crédibles. La plupart sont attachants avec leurs forces et leurs faiblesses : Byron, l'homme à tout faire, qui a fait de la prison ; les "cousins" (Henry et Asad) ; Laura, femme trompée ; Thierry, enfant traumatisé par l'accident mortel de son père, et même Isabel qui va finir par se secouer et prendre sa vie en main.

Il y a de nombreuses surprises et retournements de situations.

 

Un extrait :

- "Tant que l'un de vos enfants n'est pas heureux, vous ne pourrez pas l'être"

 

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Lire
commenter cet article
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 05:00

Informations pratiques : paru en 2013 aux éditions Albin Michel. 564 pages. Disponible en Livre de Poche. Prix Goncourt 2013.

La 4ème de couverture :

« Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d'avantages, même après. »

Sur les ruines du plus grand carnage du XX° siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu'amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec Ses morts...
Fresque d'une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d'évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l'après-guerre de 14, de l'illusion de l'armistice, de l'État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l'abomination érigée en vertu.
Dans l'atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.

 

Mon ressenti :

L'histoire commence à la fin de la guerre 14-18, quelques jours avant l'armistice. Albert Maillard, comptable dans la vie civile est témoin de la duplicité du lieutenant d'Aulnay- Pradelle qui les pousse à attaquer dans la côte 113. Devenu témoin gênant, il est poussé dans un trou par l'officier, recouvert bientôt de terre et gravats. Il échappe à la mort grâce à une tête de cheval, et surtout grâce à un autre poilu, Edouard Péricourt qui le sauve et reçoit alors un éclat d'obus en pleine face, devenant "une gueule cassée".

Ces deux-là seront désormais liés à la vie à la mort. Albert va aider Edouard à changer d'identité pour ne pas rentrer chez lui, retrouver son père industriel très aisé et sa soeur, puis il s'occupera de lui à la fin de la guerre, le logeant, l nourrissant et lui fournissant la morphine indispensable pour soulager ses souffrances.

Les poilus ont du mal à se reinsérer et certains profitent du malheur des autres, sans vergogne, comme Pradelle.

Edouard, dessinateur talentueux, va convaincre son ami Albert de réaliser une arnaque incroyable en profitant de la volonté des municipalités d'honorer la mémoire des soldats morts.

Le récit est captivant. Les personnages sont bien campés et la société d'après guerre est finement décrite, avec tous ses travers : importance des réseaux, abus des riches et des puissants, arnaques et débrouilles en tous genres...

Pauvres poilus, morts ou vivants !

 

Merci Pierre Lemaitre pour ce très beau roman !

Albert Dupontel  sort en octobre un film tiré de ce roman, avec lui-même, Laurent Laffitte, Niels Ariestrup. 

 

Quelques extraits :

- "Son gendre pouvait sombrer, lui, Marcel Péricourt, resterait sur la berge, l'oeil vif, avec autant de bouées que nécessaire pour sauver sa fille et ses petits-enfants.

Mais lui,il le regarderait se dabattre, sans lever le petit doigt.

Et s'il fallait lui appuyer sur la tête, rien d'impossible."

 

- "Le cœur affolé dans la poitrine, le voici dans le hall haut comme une cathédrale, des miroirs partout, tout est beau même la bonne, une brune aux cheveux courts, rayonnante, mon Dieu, ces lèvres, ces yeux, tout est beau chez les riches, se dit Albert, même les pauvres."

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Lire
commenter cet article
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 05:00

La 4ème de couverture :

Père placide et d'humeur conciliante, voilà Marc parti vers le sud avec sa fille Anne qu'il vient d'enlever à son hôpital psychiatrique pour le week-end. Mais la petite escapade tourne bientôt à la cavale. Anne ne veut plus rentrer, surtout pas à l'asile. Elle veut aller loin, très loin, le plus loin possible. Constellée d'incendies bizarres et semée de cadavres, la drôle d'équipée se transforme vite en un hallucinant road-movie. Avec férocité, avec fragilité aussi, les personnages de Pascal Garnier s'accrochent à leurs rêves naïfs ou dérisoires, en éclopés de la solitude fuyant le réel pour davantage s'y perdre. Ange du mal déguisé en cordon bleu ou en tueur à gages flapi, ce sont décidément des gens comme vous et moi, des monstres candides en proie à leur plus chère folie. 

Mon ressenti :

Marc retraité sans histoire achète un chat vieux et gros, que Chloé, sa femme,  baptise "Boudu". Tous les 14, chaque mois, il rend visite à Anne, sa fille, internée dans un asile et cette fois il ne la ramène pas.

Laissant tout et achetant un camping-car, il part en voyage avec elle, direction la mer, puis Agen... Ils rencontrent des personnages rocambolesques, cabossés par la vie et sèment des cadavres sur leur passage.

Les personnages ne sont pas attachants : l'une est folle et l'autre l'est presque, mais j'ai lu avec plaisir ce livre à l'humour déjanté.

 

Un extrait :

Marc avait toujours aimé le gris, parfait compromis entre le noir et le blanc, déclinable à l'infini. Pourquoi n'existait-il pas de mot faisant office de gris entre le oui et le non ? Quelque chose comme "peut-être", mais en plus subtil. 

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Lire
commenter cet article
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 05:00

J'ai emprunté à la médiathèque deux romans d'un auteur inconnu pour moi, un peu au hasard : "La théorie du panda",paru en 2008 et "Le Grand Loin", paru en 2010.

Pascal Garnier (1949-2010) vivait en Ardèche où il peignait et écrivait. C'était un maître du roman noir. Ces deux romans sont publiés aux éditions Zulma et ont respectivement 175 et 158 pages.

 

La théorie du panda

 

La 4ème de couverture :

Grâce à ses talents de cuisinier et son charisme indolent, Gabriel - à peine débarqué dont ne sait où - tisse des liens très forts avec les habitants d'une petite ville de Bretagne : une bien belle réceptionniste d'hôtel, deux junkies au bout du rouleau et surtout José, le patron du Faro, dont la femme est à l'hôpital. pareil au panda en peluche échoué sur le comptoir du Faro, Gabriel offre sa personne et son temps à celles et ceux qui viennent à lui, plus surpris ou séduits que méfiants. Et pourtant, s'ils savaient... Une fois de plus, Pascal Garnier déploie ici tout son charme.

Mon ressenti :

Gabriel arrive dans une petite ville de Bretagne, prend une chambre dans un petit hôtel tenu par une avenante réceptionniste, Madeleine, puis va dîner dans le seul restaurant du village, tenu par Faro, dont la femme est hospitalisée. Il reviendra et préparera des petits plats pour ses nouveaux amis : Faro, Madeleine, Marco et Rita .

J'ai bien aimé le personnage de Gabriel, au début. Prénommé comme l'archange et venu d'on ne sait où, il aimante les cabossés de la vie en les écoutant, achetant un saxophone pour dépanner Marco et l'offrant à la fille de Faro, toujours prêt à aider...

Les 25 dernières pages sont inattendues, déroutantes.

Un extrait :

- "On semble vouer ici un culte à la symétrie. De part et d'autre de l'allée centrale semée de gravillons, le même carré de pelouse, le même arbre fruitier, le même massif d'hortensias contre le même muret de pierres gris vert.

En pliant le décor verticalement à l'aplomb de la pointe du toit, chaque élément de la partie gauche coïnciderait parfaitement avec celui de la partie droite, carré de pelouse sur carré de pelouse, arbre sur arbre, massif d'hortensias sur massif d'hortensias, frère sur soeur, moitié de grand-mère sur moitié de grand-mère".

 

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Lire
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 05:00

Rebecca est une amie blogueuse dont je fréquente le blog : "Le fil d'argent" depuis plus de 2 ans. Rebecca nous a fait partager ses difficultés pour publier son premier roman. Elle s'est entêtée et a choisi l'auto-édition.

 

Informations pratiques : Paru en août 2017. Disponible sur Amazon en cliquant ICI. La couverture est de Mathieu Biasotto.

 

La 4ème de couverture :

Thomas Gordon, journaliste d’investigation au New-York Daily News, voit son existence basculer un jour de blizzard. Et rien ne l’avait préparé à ça. Comment reprendre le cours de sa vie lorsque l’on se retrouve soudain doté de dons paranormaux ? Comment rester les pieds sur terre lorsque l’on peut désormais sortir de son corps et dépasser les limites de l’Espace et du Temps ? 
Bientôt les coïncidences s’accumulent et un puzzle hallucinant prend forme… Pour ne pas devenir fou, Tom devra s’engager corps et âme dans l’enquête la plus incroyable de sa vie, où Passé et Présent se trouvent étroitement liés. Et si rien n'était dû au hasard ?

 

Mon ressenti :

C'est prenant, bien documenté, et l'on ne s'ennuie jamais.
Rebec entrelace 2 histoires :
- celle de Tom qui vit et travaille, de nos jours, comme journaliste à New-York. Victime d'un accident de la circulation il reste 3 mois dans le coma, et se réveille doté de pouvoirs étonnants.
- et celle de Simon, lycéen de confession juive pendant la seconde guerre mondiale, qui va devenir résistant pour échapper aux rafles et tenter de sauver ces soeurs jumelles, Pauline et Renée, musiciennes virtuoses.
J'ai beaucoup apprécié cette partie historique, très bien documentée et particulièrement émouvante.
J'ai pleuré à certains passages, en lisant les atrocités perpétuées dans les camps de concentration.
Rebecca a su montrer la dualité de certains personnages comme Henri Bercueil, chef d'orchestre talentueux...
Chapeau bas, Rebecca : tu as bien fait de persister ! 
 
Une autre critique de ce livre à lire chez Corinne du blog "The flying bookmark"...
Repost 1
Published by ecureuilbleu - dans Lire
commenter cet article
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 05:00

Je vous ai parlé de trois livres que j'ai beaucoup appréciés :

- "Petits secrets et grands mensonges" de Liane Moriarty

- "En un monde parfait" de Laura Kasischke

- "La fille du train" de Paula Hawkins

 

J'en ai lu deux autres : "Du beau linge" de Régis Franc et "Un saint homme" de Anne Wiazemsky, empruntés à la médiathèque.

 

"Du beau linge" de Régis Franc

L'auteur : Régis Franc a collaboré au magazine Pilote.

Informations pratiques : paru en 2001 aux éditions Robert Laffont.

La 4ème de couverture :

Il fait chaud, c’est l’été. Voici Plume, grosse adolescente de quinze ans qui se prend pour la reine d’Angleterre. Qui vient d’acheter son premier soutien-gorge et rentre chez elle dans le faubourg de Bel-Air, un quartier de pauvres gens, un ensemble de baraques mal foutues incrustées à la sortie de la ville. Voici Georges dont les vignes s’adossent au faubourg de Bel-Air. Monsieur le Comte est sur les dents. Tout à l’heure il donne une fête au château pour Élisabeth, l’amour de sa vie, une jeunesse qu’il a connue dans un bordel de Béziers et qui revient vers lui trente ans plus tard. Voici les fauteurs de trouble : l’affreux Mimile, salaud de la première heure ; le fakir Janine, apprenti tapette au grand coeur ; la vieille Sophina, esclave soumise aux désirs pervers des comtes père et fils. Et voici la lumière, Calidad Esperanto, venue à pied d’Andalousie, la beauté du jour à treize ans pour le malheur de son père. Les dés ont roulé dans la chaleur du Sud, les destins n’ont plus qu’à se croiser.

Mon ressenti :

La quatrième de couverture résume bien le livre.

Il fait chaud, très chaud. Les personnages sont déjantés, complètement.

Plume porte un soutien-gorge en satin pour l'achat duquel elle a englouti toutes ses économies. Elle rencontre le fakir Janine dont elle tombe amoureuse et qui va tomber dans les mains de sa mère et de Calidad.

Le comte Georges, assisté par Villac, son intendant et demi-frère, organise une grande fête qui va virer au drame.

Cela m'a fait penser à une BD olé-olé où les personnages se poursuivent pour se grimper dessus plus qu'à un roman...

 

"Un saint homme" de Anne Viazemsky

 

L'auteur : Anne Wiazemsky est la petite-fille de François Mauriac. Actrice, écrivain, scénariste

Informations pratiques : paru en janvier 2017 aux éditions Gallimard. 120 pages

La 4ème de couverture :

– Allô? Allô? Anne? C’est vous? Oui, je reconnais votre voix… Elle n’est plus la même, plus grave, moins enfantine… Mais tout ce temps qui a passé… Je vous ai déjà appelée il y a une demi-heure, il y avait une machine, un répondeur, un truc, je n’ai pas laissé de message. Juste avant, j’avais entendu par hasard votre intervention à la radio. J’étais si stupéfait! Je conduisais, j’ai stoppé net et me suis arrêté dans le premier café. Un annuaire et vlan je vous appelle. J’ai repris la voiture et j’étais si ému que j’ai failli emboutir un arbre! Vous entendre, à la radio tant d’années après, vous ne pouvez imaginer le choc! Et là, juste dans la façon dont vous avez dit "allô", je vous ai reconnue! 
– Père Deau!

Mon ressenti :

Dans cette biographie l'auteur nous parle du père Deau qui a été son professeur de français à Caracas (Vénézuela) et son mentor, l'encourageant à écrire. Il ne cessera jamais de la soutenir et l'encourager, toujours disponible pour celle qu'il considère à la fois comme sa fille et sa soeur. 

C'est un beau portrait d'homme.

J'ai aimé le style de l'auteur, ses évocations de Bordeaux, et de Malagar, la propriété familiale des Mauriac.

C'est court et le portrait brossé reste assez superficiel.

Repost 0
Published by ecureuilbleu - dans Lire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ecureuilbleu
  • Le blog de ecureuilbleu
  • : Pour cultiver le bonheur : découvrir, partager, s'émerveiller, rêver, s'amuser...
  • Contact

Profil

  • ecureuilbleu
  • Mère divorcée, 59 ans, 2 fils, 1 petite-fille et 1 petit-fils. J'adore écrire, dessiner, peindre, photographier, lire, aller au cinéma et au théâtre, voyager, jardiner, planter des graines et les regarder pousser
  • Mère divorcée, 59 ans, 2 fils, 1 petite-fille et 1 petit-fils. J'adore écrire, dessiner, peindre, photographier, lire, aller au cinéma et au théâtre, voyager, jardiner, planter des graines et les regarder pousser

Bonjour et bonne visite ! Pas la peine de laisser un pourboire, mais un commentaire serait le bienvenu ! Merci d'avance...

Recherche

Mes autres blogs :

Le même que celui-ci, sous Eklablog : 

http://unebonnenouvelleparjour.eklablog.com/

Mon blog d'origami modulaire : http://origami-modulaire.over-blog.com/

 

Logo Café-Thé

Votez pour déterminer le gagnant du jeu Café Thé n° 89 - "Rentrée scolaire..." en cliquant ICI jusqu'au 31 octobre 2017.

Participez au jeu Café Thé n° 90 - "Amerrissage immédiat..." en cliquant LA jusqu'au 31 octobre 2017.

Pour voir ou revoir d'anciens jeux Café Thé, cliquez parmi les "Catégories", colonne de droite sur "Caféter".

Sur les petites routes du bonheur...

Catégories

Les livres et moi :

Le livre voyageur n° 1 : "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur"

Vous êtes 25 à avoir reçu le livre voyageur "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" qui a circulé pendant 5 ans, traversé la France de part en part, survolant la Méditerranée, l'Atlantique, une partie du continent Africain et parcouru plus de 36 000 kms !

Pour en savoir plus sur le voyage du livre voyageur, cliquez ICI.

Le livre voyageur n° 2 : "Demain est un autre jour" s'est perdu dès les premiers voyages

Le livre voyageur n° 3 : "Jamais deux sans toi" est déjà allé chez Cathycat, Catiechris, Khanel, Paraty et se trouve chez Mansfield. Il devrait partir ensuite chez Durgalola, puis Erika, Fanfan, Gisèle et Pierrette...

 

Mon profil sur Babelio.com

Les communautés que je gère

Les trois communautés de blogs que je gère :

- Embellissons nous la vie

- Douceurs et beautés du Sud-Ouest

- Un pont entre nous

Si vous souhaitez augmenter votre audience et échanger avec d'autres blogueurs ayant les mêmes centres d'intérêt que vous, n'hésitez pas à vous inscrire (en cliquant sur la commu auté choisie et suivant les instructons) et à publier dans ces communautés.

Les blogs à seul caractère commercial sont refusés.