Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Une bonne nouvelle par jour -          le blog d'écureuil bleu

Les participations de Fanfan et de Prise de chou au jeu : "Délires pour rire"

10 Décembre 2009 , Rédigé par ecureuilbleu Publié dans #S'amuser

fenetre.jpgN'hésitez pas à participer,  blogueur ou pas, à ce jeu : il suffit d'envoyer un texte amusant (illustré ou pas d'une photo) à ecureuilbleu33@live.fr, jusqu'au 21 décembre 2009,
J'ai choisi le thème "Délires pour rire" afin de nous réchauffer en cette période peu ensoleillée de pluie et bourrasques. Vous pouvez raconter une blague, un rêve, un conte, une anecdote, une poésie, ce que vous voulez...
Votre texte ne devra pas dépasser 50 lignes en taille 3(12pt).
Il faudra ensuite voter pour le texte qui nous aura le plus fait rire et réchauffé...
Chaque dimanche, je publierai les participations.
Le ou la gagnante pourra choisir parmi : aquarelle, photo ou bracelet.

Voici la participation n° 9 : celle de Fanfan, du blog "Une retraitée Corse heureuse"


Dans le genre: "des paysans à PARIS," nous étions le parfait prototype ,mon mari et moi; lui qui pourtant avait hébité longtemps une grande ville (Toulouse), avait perdu l'habitude , entre la brousse et le village, des grandes cités!!
Chaque fois que nous allions dans la capitale, il nous arrivait des bricoles!!

Un jour, l'âme aventureuse, nous décidons d'aller, de Courbevoie à Arcueil par le métro,et le RER, rendre une visite à ma soeur , qui , à l'époque, habitait là.

Nous avions acheté une superbe tarte aux poires que je tenais délicatement , à bout de bras .

Nous avions appris par coeur l'itinéraire, nous avions dans la tête,tous les conseils et recommandations de la famille.Nous étions prêts pour la grande aventure!

Nous voilà partis; arrivés à destination , zut: le RER ne s'arrête pas !! On aperçoit, sur le quai notre nièce venue nous récupérer (par précaution!)

Sans nous affoler, nous refaisons le trajet en sens inverse: le RER ne s'arrête toujours pas !

Retour, une nouvelle fois: pas d'arrêt!!

Notre nièce commence à donner des signes d'affolement : elle appelle à la maison: on lui confirme que nous sommes bien partis à l'heure ..

Nous aussi d'ailleurs ,on commence à s'inquiéter : on se voit passer la journée en allers-retours jusqu'à la nuit peut-être !

Dès que le RER s'arrête , on décide de sortir, mais nous avons trop attendu: la porte se referme sur la jolie tarte aux poires , qui, à présent ressemble à tout ,sauf à une tare aux poires!

Mon mari est prêt à employer les grands moyens:

-" Je tire le signal d'alarme , s'il ne s'arrête pas , cette fois-ci!! "

Mais coup de chance, cette fois-ci, il s'arrête: nous descendons dignement, avec la boîte à tarte qui pendouille lamentablement , laissant échapper un sirop .. désespéré ...

Ma nièce pousse un soupir de soulagement , et regarde avec suspicion ce que je porte:

-" Tu as amené tes poubelles ? "

"-heu! Non! à l 'origine, c'était une tarte aux poires!"

Je ne vous raconte pas le fou-rire de notre nièce.

Finalement, après avoir rassuré la famille qui nous croyait perdus corps et biens , on nous a expliqué qu'il fallait regarder si le petit bouton rouge était allumé sur le panneau , en face du nom de la station où nous allions, pour indiquer si le RER , allait s'y arrêter !

Ils ne pouvaient pas nous le dire avant, non?


et la participation n° 10 : celle de Chou du blog "Prise de Chou ":

Antony, je t’aime.
Antony, joyau du 9.2, ta station RER B, tes bus municipaux aux horaires aléatoires, ta zone industrielle plantée au milieu de nulle part, et dans ce grand no man’s land, le studio Bananère.

C’est là qu’une ou deux fois par mois, je signale avec bienveillance que pour joindre Madame Chombier à la compta fournisseur, il est de bon ton de taper sur la touche 1 ; alors que la touche 2 est recommandée pour avoir le privilège de jacter avec Monsieur Chignard de la maintenance. Pour ceux qui n’ont pas compris du premier coup, la touche étoile permet de réentendre la même chose en couleur. C’est pratique.

Quand je dis studio, c’est beaucoup dire. Un bureau sans la moindre insonorisation, où l’on cause entre deux décollages de zinc (Orly est tout près), et où je suis assise directo à côté du technicien. Interdiction absolue pour le brave homme de se gratter le blair, de se racler la glotte, voire plus inconvenant, pendant les prises.

C’est un nonchalant sympa, qui est ingénieur du son comme je suis danseuse orientale. Son truc, en fait, c’est la varappe et surtout la plongée. Il fait des photos sous-marines très jolies avec des poissons de toutes les couleurs et des algues de toutes les formes. Un spécialiste du monde du silence, en quelque sorte. Ca frise son petit paradoxe, non ?

Je l’appelle le Gland Bleu.

Je me souviendrai longtemps de notre première séance.
C’était en plein milieu du mois d’août. La totalité du personnel avait déserté les locaux, seul Gland Bleu était de garde.

J’avais mis deux heures pleines pour arriver à destination, le bus municipal étant une denrée extrêmement rare en été. Pour parler cru, j’avais une épouvantable envie de pipi. Dès mon arrivée, je balance donc mon manteau et mon sac à main dans le « studio » et j’informe GB que je serai de retour dans 2 minutes chrono, qu’il peut faire chauffer la bécane, j’arrive. Il acquiesce mollement.

Je fonce au fond du couloir, ouvre les wawas à toute volée, referme la porte en tirant sur le loquet du verrou et soulage ma vessie avec un sourire de ravie de la crèche. C’est alors qu’assise sur la lunette, j’entrevois un truc qui cloche méchamment. Ca prend un certain temps à s’imprimer dans mes neurones, mais mes idées semblent s’éclaircir au fur et à mesure de la réussite de ma miction impossible.

Merdalor ! Y’a pas de poignée sur la porte ! Dans ma précipitation, j’ai occulté le problème et je viens de m’enfermer comme une conne !

Je dévérouille, secoue un peu la porte. Que dalle. Je tape à grands coups en beuglant, il va bien venir quelqu’un. Je me rappelle alors avec horreur que je suis seule dans le bâtiment avec Gland Bleu qui écoute benoîtement de la musique au casque en m’attendant.

Allez, je lui passe un coup de portable… Ben non, j’ai pas mon sac, j’ai rien du tout.

Je sens une mauvaise suée perler dans mon dos. Il n’est pas total gogolito, GB, mais avant qu’il ne se rende compte qu’il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark, il peut se passer des heures. Et il n’est pas du genre à entrer dans les cagoinces pour dames pour voir si tout va bien. Faut que je me débrouille toute seule.

Qu’est-ce que j’ai sur moi qui pourrait faire levier et m’aider à pousser le pêne de la porte, que je reluque avidement par l’interstice ? Ballerines, non. Robe d’été en coton, sans intérêt. Culotte, pèse-mou sans baleines, pfff. Pas de bijoux. Ah, ma montre !

Mc Gyver n’est pas mon cousin, et c’est couillon, ça m’aiderait sans doute dans ce grand moment de solitude. Pendant ¾ d’heure je bataille, tentant de faire pression sur le pêne (pas Marine) avec la boucle de ma montre, secouant la lourde et hurlant dans les moments de découragement. Je m’inflige un hématome meumeu sur l’épaule en essayant de défoncer la porte. Je suis presqu’en larmes quand enfin, le coup de la montre se révèle payant. Je bondis hors de l'habitacle, excitée, épuisée, comme une échappée du goulag. Je me passe de l’eau fraîche sur le visage, il y a une démente dans le miroir du lavabo.

Rouge, l’œil torve et la bave aux lèvres je réintègre la casemate de Gland Bleu, qui m’accueille avec un primesautier :

« Ben dis donc, t’en as mis un temps à essorer la frisée ! »


Les participations déjà reçues :
-
Celles de Catcent (1) et Pipolin (2)
- Celles de Segolin(3 et 5) et Mandy (4)
- Celle de Croc (6)
- Celles de Raymonde (7) et la Licorne (8)


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F

j'aai bien ri en lisant l'histoire de Chou d'autant plus que cla est arrivé à ma fille dans un restaurant en Suède ; elle y a  passé une demi-heure avant que ses amis s'inquiètent de son
absence prolongée! moi je me méfie toujours avant d'aller dans ces trucs!!
Heureusement qu'elle a pu se libérer Chou!!
 bisous


Répondre
E

j'ai failli plusieurs fois ne plus pouvoir ouvrir et l'impression n'est pas très agréable. Bisous !


L

ok je comprends!


Répondre
E

Merci de ta patience. Promis, tu la verras dimanche ! Les deux suivantes ne paraitront que le mercredi suivant...
Bonne soirée, Lena !


L

ma participation est toute petite, je crois que tu m'as oubliée...


Répondre
E

Non, Lena je ne t'ai pas oubliée, mais je publierai ta particpation dimanche avec celle de Martine. Si j'en publie plus de deux à la fois c'est trop long et personne ne lit jusqu'au bout...


D

J'avoue que c'était un peu long, mais j'ai bien rigolé Dany


Répondre
E

Bonne fête à toi, Dany, et bravo aux deux participantes qui ont toutes les deux beaucoup d'humour !
Bisous


M

rhoa je ris "mac gyver" a longtemps été mon surnom... héhé
bon ben je me suis bien régalée moi...
belle soirée à toi


Répondre
E

Ouvrir la porte en utilisant la boucle de sa montre c'est peu banal... Bisous


G

vraiment amusant,on rit toujours des petites miseres des autres
bonne soiree


Répondre
E

Je ris toujours en lisant Fanafan et j'ai découvert avec plaisir Prise de Chou... Amitiés !


S

Scusi ,en ce moment j'essaye de poeter plus haut que mon luth!
celà apaise mes souffrances.......                        
Bises                 Marc!


Répondre
E

Bonsoir Segolin. J'ai bien vu que tu souffrais, en allant sur ton blog. J'espère que cela va bien vite passer ete que tu vas retrouver la pêche. Bisous et amitiés !


L

bon jeudi ^^ et pauvre fanfan et sa tarte sa m'a bien fait sourire ^^


Répondre
E

OUi, une belle tarte aux poires !


P

Excellent ! j'ai bien ri ! Merci !


Répondre
E

Merci à Fanfan et Chou ! Bonne soirée !


C

un grand moment de bonheur, avec ces deux dernières


Répondre
E

Elles sont effectivement très marrantes toutes les deux !